Tamarin pinché

Danger critique

Nous accueillons deux tamarins pinchés au Parc


Nom scientifique : Saguinus oedipus

Où vit-il ?

On ne le retrouve plus que dans certaines régions de la Colombie.

Le saviez-vous ?

Contrairement à plusieurs autres espèces de tamarins, les pouces du tamarin pinché ne sont pas opposables et ses doigts ne sont pas munis d’ongles mais de longues griffes. Ces caractéristiques morphologiques placent cette espèce parmi les singes les plus primitifs.

Le tamarin pinché, est identifiable grâce à sa longue crinière blanche. Ces petits primates peuvent vivre dans les forêts humides au sud de la Colombie, mais également dans les forêts plus sèches au nord, à environ 1500 mètres d’altitude. Leur territoire peut s’étendre jusqu’à 10 hectares !
Leur régime alimentaire est omnivore :
• 40% : insectes
• 38,4% : fruits
• 14,4% : gomme arabique
• 7,2% : petits vertébrés (grenouilles et lézards)
Le tamarin pinché est très vif et actif. C’est un excellent sauteur. Il est capable de réaliser des bonds de plus de 3 mètres. À l’aide de sa queue il peut corriger sa direction. De plus, cette dernière l’aide à se stabiliser en l’air. Cependant, lorsqu’elle devient trop encombrante pour se déplacer dans des milieux hostiles, le tamarin pinché enroule sa queue entre ses jambes.

Longueur du corps

21 à 26 cm.

Longueur de la queue

30 à 40 cm.

Poids

De 260gr à 30 gr.

Espérance de vie

23 ans en moyenne en captivité.

Gestation

4 mois et demi.

Le combat continue

Les tamarins pinchés sont classés par l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) comme étant en danger critique d'extinction. En effet, leur habitat d'origine a été réduit de 75% durant ces vingt dernières années. La principale menace pesant aujourd’hui sur l’espèce est la déforestation.
Les tamarins pinchés présents au Parc font partie d’un programme de reproduction européen (EEP).