La conservation des espèces menacées

Nous sommes acteur de la protection des espèces menacées. C'est pourquoi 75% des espèces du Parc font partie de programmes de reproduction européens. On appelle cela la conservation ex situ. En parallèle, nous reversons avec Play for Nature chaque année plus de 100 000 € pour soutenir des organisations qui agissent directement dans le milieu de vie des animaux, comme Red Panda Network qui protège les pandas roux au Népal.

Play for Nature
Play for Nature (anciennement La Passerelle Conservation) est un Fonds de Dotation créé par le Parc Animalier d’Auvergne et Julien PIERRE, ancien joueur professionnel de rugby, international français à 27 reprises dont l'objectif est de collecter des fonds pour soutenir des programmes de protection des espèces menacées dans le monde entier.
Biodiv'Educ
Biodiv’Educ est un projet pédagogique qui aspire à sensibiliser les enfants à la préservation de la biodiversité dans son intégralité en s’appuyant sur les forêts anciennes auvergnates. Avant tout destiné aux scolaires de la région, ce projet pédagogique utilise des technologies innovantes et ludiques dans l’objectif de leur faire acquérir des connaissances scientifiques sur la biodiversité et de leur faire comprendre sa fragilité.
Objectif 100 000 €
Cette année, nous espérons collecter 110 000€ pour pouvoir les reverser à 13 associations qui protègent les animaux dans la nature !

Play for Nature

La conservation, une histoire de famille pour Julien PIERRE

« L’objectif de Play for Nature est de s’investir dans des actions utiles, concrètes et efficaces pour les espèces menacées en Auvergne et à travers le monde. Elle agit pour la préservation des écosystèmes et de la biodiversité mais aussi et surtout pour le vivre ensemble avec les animaux. Notre philosophie est de concilier la protection de la nature avec les activités humaines. »

En 2013, Julien Pierre, ancien rugbyman professionnel et international, crée Play for Nature (anciennement La Passerelle Conservation) en partenariat avec le Parc Animalier d’Auvergne. Avant de devenir ce sportif de haut niveau, Julien a passé son enfance entre les enclos du Zoo des Sables d’Olonne avec de précieux compagnons de jeu : chameaux, tigres, lions et bien d’autres espèces. Son grand-père était le propriétaire du zoo ainsi que le créateur du BioParc de Doué-la-Fontaine qui appartient aujourd’hui à son oncle, Pierre Gay, personne très impliqué dans les programmes de sauvegarde des animaux en voie de disparition.

En 2009, ce dernier emmène Julien à la rencontre d’une association sur l’île de Sumatra, qui œuvre pour la protection du tigre et c’est une véritable révélation : il décide de s’engager pour la protection des animaux et de l’environnement.

Un objectif principal : la sauvegarde des espèces menacées en milieu naturel

En 2012, Julien Pierre rencontre les repreneurs du Parc Animalier d’Auvergne, Rémy Gaillot et Pascal Damois. Ils décident alors ensemble de créer un Fonds de Dotation. Cette structure a pour vocation de récolter des fonds à destination de programmes de protection d’espèces menacées et d’écosystèmes en danger à travers le monde.

En donnant le nom de La Passerelle Conservation à cette fondation, ils ont souhaité représenter le lien entre l’Homme et la nature. Ces trois auvergnats d’adoption et tombés amoureux de la région, ont aussi décidé de s’investir dans la protection de la richesse exceptionnelle du patrimoine naturel auvergnat.

En 2022, La Passerelle Conservation devient Play for Nature.

Notre Président, Julien PIERRE, étant un ancien rugbyman international, pense que le sport est moteur de cohésion et qu’il est un formidable outil de sensibilisation et pédagogique. Nous ouvrons le champ de nos actions. Nous voulons utiliser le sport comme levier de la conservation. Le sport peut être un excellent moyen d’accroître la sensibilisation sur les programmes de conservation que l’on soutient. Nous voulons donc allier sport et conservation à travers de futures actions. . Cela pourra bien évidemment prendre la forme d’un soutien financier mais également d’une assistance technique et opérationnelle dans l’organisation d’événements sportifs pour la conservation.

 

À NOUS D’AGIR MAINTENANT !

Objectif 100 000 €

Un objectif atteignable grâce à vous

Cette année, nous espérons collecter 100 000€ pour pouvoir les reverser à 13 associations qui protègent les animaux dans la nature ! Découvrez ces programmes incroyables juste en dessous !

Où en sommes-nous ?

 Sur les 100 000€, aujourd’hui nous sommes à  88% atteints soit 88295€ !

D’où proviennent ces fonds ?

  • Pour chaque billet d’entrée acheté plein tarif ou tarif réduit (hors promotions), nous reversons 1€ dans la cagnotte (l’Euro Nature) et 2€ pour les passeports annuels. En venant au Parc vous êtes donc acteur de la conservation !
  • Sur chaque expérience exceptionnelle réservée, stage vacances, soigneur d’un jour, safari famille, 2€ sont reversés dans la cagnotte, 1€ pour les rencontres privilèges.
  • Le Parc fait chaque année un don à Play for Nature, à hauteur de 20 000 euros.
  • Tout au long de l’année, Play for Nature organise des événements au Parc pour collecter des fonds comme la tombola des pandas roux en septembre, le Kids Trail en octobre, la Tête dans les Etoiles en juillet, les journées des espèces menacées en août.
  • Des parrainages des animaux du Parc
  • Du mécénat d’entreprise
  • Des legs et dons de particuliers

Les associations soutenues

Big Life Foundation - Lions d'Afrique

L’association Big Life Foundation veille sur un territoire non clôturé de plus de 1,6 million d’hectares entre la Tanzanie et le Kenya, protégeant ainsi la faune sauvage africaine dans son ensemble dont 2 000 éléphants, 250 lions et 8 rhinocéros noirs de l’Est. Aujourd’hui, les lions sont éteints dans 26 pays africains. La zone protégée par l’association est principalement composée de terres appartenant à une communauté où plus de 150 000 Maasaï vivent avec leur bétail. Pour imaginer une alternative à la tradition de chasse aux lions comme rite de passage à l’âge adulte ou représailles à la suite de prédation de leur bétail, un événement sportif, les Maasai Olympics, est né de la collaboration entre Big Life Foundation et les « pères culturels » Maasaï. Les premiers jeux ont eu lieu en 2012.

© Jeremy Goss – Big Life Foundation

Cette année, Play for Nature, a décidé de soutenir ce programme liant sport et conservation. Les compétences sollicitées lors de cette compétition sportive imitent celles dont les jeunes Maasaï ont besoin dans la vie de tous les jours, comme pour la chasse. Les sports proposés lors de ces jeux sont le javelot, le saut en hauteur, différentes longueurs de course à pied… En 2022, les Maasai Olympics auront lieu en décembre. C’est un évènement qui est organisé tous les deux ans. Environ 140 concurrents y sont attendus et 1 000 personnes assisteront à la finale. Les Maasai Olympics se sont avérés être un succès incroyable et font désormais partie intégrante de la communauté locale. C’est un évènement étroitement lié à l’éducation à la conservation au cours duquel l’association communique sur l’importance de la protection des prédateurs. En 2022, Big Life espère sensibiliser 1 500 habitants locaux à travers 10 réunions d’éducation à la conservation, ainsi que 700 élèves Maasaï grâce à son programme d’éducation à la conservation en milieu scolaire.

Play for Nature soutient cette association et ses nombreuses actions pour la protection de la faune sauvage africaine depuis plusieurs années. En 2022, nous comptons soutenir les Maasai Olympics. Nous espérons leur accorder 12 000 € en fin d’année.
> Découvrez leurs rapports trimestriels ici.

 

Red Panda Network - Pandas roux

Le Red Panda Network agit pour la protection du panda roux et de son milieu naturel au Népal depuis 2001. Avec moins de 2 500 individus se trouvant dans le milieu naturel, le panda roux fait partie des espèces classées en danger d’extinction par l’UICN.

L’association lutte contre les différentes menaces que sont la déforestation ou le braconnage avec des solutions comme l’augmentation du couvert de l’habitat forestier, la protection des sources d’eau qui sont utiles à l’espèce. Conjointement avec les autorités et communautés locales, il mène des actions d’identification et de restauration de sources d’eau, de reforestation, de création d’équipes anti-braconnage et anti-feux de forêts ou encore de vaccination et de stérilisation des chiens errants qui peuvent transmettre des maladies mortelles aux pandas roux. Des gardes forestiers sont formés par le Red Panda Network afin qu’ils sensibilisent à leur tour leur communauté. Le Red Panda Network mène également des actions de sensibilisation auprès des populations locales pour apporter des connaissances sur cette espèce et des programmes de protection pour d’autres espèces telles que le lophophore resplendissant.

Play for Nature verse au programme la somme de 20 000€ dont 15 000€ par le Parc Animalier d’Auvergne (et 5 000 avec Exotic Parc) pour la protection des pandas roux pour financer la mise en place d’un réseau de lutte contre le braconnage, la conservation des sources d’eau, la sensibilisation des habitants à la protection de cette espèce ou encore la stérilisation des chiens.

Découvrez cet article « A Trip to the Zoo Becomes a Boon to Red Pandas Worldwide » de Red Panda Network sur le soutien de Play for Nature pour la protection des pandas roux au Népal !

Un bébé panda roux est né au Parc animalier d'Auvergne d'Ardes-sur-Couze (Puy-de-Dôme) - Issoire (63500)

 

Découvrez le rapport d’activité 2021 de Red Panda Network

Snow Leopard Trust - Panthères des neiges

Snow Leopard Trust lutte pour la conservation des panthères des neiges avec le gouvernement et des spécialistes de la conservation dans plus de 12 pays dont la Mongolie où vit la deuxième plus large population de panthères des neiges dans le monde. La population de cette espèce est en déclin en raison de la destruction et la fragmentation de son habitat, le braconnage, la réduction du nombre de ses proies sauvages et la proximité des fermiers et de leur bétail avec les panthères des neiges pouvant être source de conflits.

Dans chacun de ces pays, l’association mène plusieurs projets de front : des programmes communautaires d’éducation à la conservation, des recherches scientifiques et de développement d’actions de protection.

Snow Leopard Trust a lancé en 2008 la première étude écologique à long terme de la panthère des neiges à l’aide de colliers GPS (plus de 20 panthères des neiges aujourd’hui sont équipées de ces colliers) qui a déjà permis d’apporter des connaissances biologiques, comportementales et territoriales sur cet animal emblématique d’Asie. L’étude de ces caméras dans 5 pays sur de nombreuses années permet aujourd’hui de constituer la plus grande collection de photos de panthères des neiges en milieu naturel.

Nous soutenons Snow Leopard Trust dans le cadre de leur projet « predation prevention », consistant à mettre en place des systèmes de protection des pâturages agricoles afin qu’ils n’empiètent pas sur le territoire des panthères des neiges et que celles-ci n’attaquent pas les animaux domestiques, permettant à leur proies sauvages de réintégrer la zone. En 2020, notre soutien à hauteur de 15 000€ finance une partie des frais nécessaires à la gestion de cette étude et au suivi des individus. Leurs actions s’étendent également sur la protection des proies sauvages telles que les Ibex de Sibérie et les Argalis.

Panthère des neiges - Parc Animalier d'Auvergne

L’Initiative Corozal pour un Avenir Durable (CSFI) - Biodiversité

L’Initiative Corozal pour un Avenir Durable (CSFI) est une ONG implantée au Belize qui lutte pour la protection des forêts tropicales du Belize, menacées par l’exploitation forestière, abrite une biodiversité riche et variée.

En 2020, CSFI a racheté des parcelles de forêt afin de relier la réserve naturelle de Shipstern à celles de Honey Camp et de Freshwater Creek et de créer le plus grand corridor écologique entre le nord et le sud du pays, soit plus de 5000km² de biodiversité protégée. Celui-ci permettra notamment d’augmenter la surface habitable de différentes espèces comme le léopard, le tapir de Baird et le Toucan à carène, mais aussi leur diversité génétique grâce à un territoire et des populations plus variées. De nombreuses espèces d’oiseaux, de reptiles mais aussi d’insectes profiteront de la protection de cette aire. Un plan de management durable de ces forêts a été mis en place auprès des différentes parties prenantes afin de préserver au mieux la biodiversité exceptionnelle du Belize.

CSFI opte pour une approche holistique impliquant le développement des opportunités économiques, des programmes d’éducation, du tourisme équitable, des utilisations durables des ressources naturelles et de la restauration des forêts en mauvais état. C’est pour ces nombreuses actions que CSFI a été choisie comme programme phare en 2020 par Play for Nature avec le Parc Animalier d’Auvergne et Exotic Park avec un soutien total avec les deux parcs de 20 000€. Le financement apporte un soutien aux équipes dédiées à la surveillance des aires protégées de CSFI pour préserver l’intégrité des habitats, de la faune et de la flore et contribue au développement du programme de tourisme durable visant à générer des fonds pour la conservation.

Antongil Conservation - Lémuriens
Depuis 1999, l’ONG Antongil Conservation œuvre pour la protection de la forêt et de la biodiversité à Madagascar, en gérant durablement la forêt humide de Farankaraina et les varis roux qui y habitaient et avaient disparu de cette forêt. En 2018, 2 varis roux y ont été réintroduits, puis 3 autres en 2019. Cette réintroduction a été un succès car 3 naissances ont eu lieu en 2021. Les varis roux bénéficient désormais d’un suivi permanent et devraient être rejoints par d’autres individus dans les prochaines années. Antongil Conservation encourage l’implication des habitants et le développement local en aidant à la mise en place d’alternatives économiques, en proposant de l’écotourisme et en sensibilisant les villages autour à un mode de vie plus durable.

Grâce à un soutien de 6 000€ en 2021 de Play for Nature et du Parc Animalier d’Auvergne, l’ONG peut financer les salaires des employés, l’achat du matériel nécessaire à la protection et la surveillance de la forêt et couvrir ses frais liés à l’éducation environnementale des malgaches.

En 2022, nous avons pour objectif de leur reverser le même montent qu’en 2021, 6 000 €.

Vari roux - Parc Animalier d'Auvergne

The Sloth Conservation Foundation - Paresseux

The Sloth Conservation Foundation (SloCo) est une initiative de Rebecca Cliffe, docteur-spécialiste et auteure de nombreuses recherches sur les paresseux en 2016. L’objectif est de protéger cette espèce dans son habitat naturel, de l’étudier et de sensibiliser les populations locales, notamment les enfants, sur l’importance de leur préservation.

Le paresseux (sloth en anglais) à gorge brune et le paresseux d’Hoffman font face à de nombreuses menaces anthropologiques : électrocution sur les lignes électriques haute-tension, attaques de chiens errants ou domestiques, collisions routières, déforestation pour l’agriculture, chasse (consommation de leur chair) et braconnage (utilisation de leur peau pour divers produits). La fragmentation de leur habitat par l’urbanisation de la forêt tropicale isole de plus en plus les populations de paresseux, ce qui a pour conséquence des dérèglements génétiques. Pour lutter contre ces menaces, The Sloth Conservation Foundation a pour but de créer des corridors biologiques en plantant des arbres ou en construisant des ponts afin de connecter les différentes parcelles de forêts entre elles. Ainsi, les paresseux peuvent se déplacer en toute sécurité de l’une à l’autre. Les zones de protection ainsi que le plan d’action sont définis avec les propriétaires des terrains concernés. L’association travaille aussi avec l’Institut national de l’électricité du Costa Rica (ICE) pour l’installation des ponts sur les grands axes routiers.

Play for Nature et le Parc Animalier d’Auvergne soutiennent The Sloth Conservation Foundation pour son projet de « jardins connectés », à Talamanque, dans la province de Limón au Costa Rica à hauteur de 3 000€. Les communautés locales sont particulièrement impliquées par cette association dans la construction des infrastructures. Cette année, pas moins de 45 ponts « sloth Crossing » (version simple avec une seule corde fixée entre les branches de 2 arbres, photo ci-contre) ont été installés dans les Caraïbes du Sud du Costa Rica, reliant plus de 80 fragments d’habitat différents et utilisant plus de 1,5 kilomètres de corde. Des pièges photographiques ont enregistré plus de 20 espèces différentes, y compris les 2 espèces de paresseux protégées par l’association. SloCo a également construit une nouvelle pépinière forestière pour cultiver plus de 3 500 arbres favorables aux paresseux, plantés sur une superficie de 30 km².

Le projet Tatu-Canastra - Tatous

L’Institut de Conservation de la Faune Sauvage (ICAS) a créé le projet Giant Armadillo Project – Tatu-Canastra en 2010 pour la conservation du tatou géant au Brésil. Cette espèce classée « en danger » est particulièrement sensible à la destruction de son habitat. Le tatou subit les représailles des apiculteurs présents dans la région du Cerrado puisque, en tant qu’insectivore, il se nourrit des larves d’abeille présentes dans les ruches. Pour protéger au mieux cette espèce clé de voûte, indispensable à son écosystème, plusieurs projets ont été mis en place. Parmi eux, une étude à long terme a été lancée par ICAS dans la région du Pantanal Brésilien dans le but d’en apprendre davantage sur son domaine vital, ses déplacements ou encore la densité de sa population.

ICAS mène plusieurs projets de front dans le cadre de son programme Giant Armadillo Project – Tatu-Canastra dont celui de certifications des apiculteurs référencés de la région attestant de leurs pratiques durables, respectueuses de l’environnement et du tatou géant. En novembre, ICAS a obtenu les premières certifications des apiculteurs, en mettant en place un processus d’amélioration en fonction des retours de ces derniers et un renforcement du respect des pratiques et des lois. L’objectif de l’association est d’obtenir plus de 20 apiculteurs certifiés d’ici mars 2021, puis 200 sur les 218 identifiés avant d’accroître les certifications à des apiculteurs des régions voisines.

L’équipe d’ICAS, composée notamment de vétérinaires et de biologistes, a réalisé un important travail d’observation de ces animaux grâce à des pièges photographiques et a publié toutes ses recherches dans des revues scientifiques.

L’association encourage également la préservation des tatous géants à plus grande échelle grâce à la diffusion au grand public de ses connaissances sur cette espèce emblématique. Elle propose aussi un apprentissage interactif par le biais de jeux en ligne. Les enseignants ont accès à diverses ressources afin qu’ils puissent proposer une thématique complète sur le tatou géant à leur classe. Les enfants profitent ainsi d’outils pédagogiques et ludiques pour le découvrir.

En réaction aux feux dévastateurs dans le Pantanal Brésilien, ICAS a développé ses ressources dans la lutte contre les incendies. L’organisme travaille activement sur la création d’une brigade de pompiers pour effectuer des patrouilles de repérage de zones à risque et de prévision des départs de feux avec IPÊ (Instituto de Pesquisas Ecológicas), un autre programme soutenu par La Passerelle Conservation.

Play for Nature soutient cette association à hauteur de 3 000€ pour l’achat d’équipements de surveillance des tatous géants et le financement de salaires des équipes qui travaillent sur le terrain.

Giraffe Conservation Foundation - Girafes

La Giraffe Conservation Foundation (GCF) est la seule organisation au monde qui se concentre uniquement sur la conservation et la gestion de la girafe à l’état sauvage dans toute l’Afrique. Avec seulement 650 girafes de Rothschild à l’état sauvage, ce programme est essentiel à leur survie. GCF gère actuellement des initiatives de conservation des girafes à l’état sauvage qui concernent les 4 espèces de girafes dans 16 pays africains. Elle s’est lancé le défi de rétablir une population viable de girafes de Rothschild dans la réserve de Pian Upe en Ouganda, où elles seront plus en sécurité.

L’association travaille en étroite collaboration avec les autorités de surveillance de la faune sauvage en Ouganda. Ensemble, ils ont mis en place une stratégie nationale de conservation des girafes et développé un plan d’action pour donner la priorité aux actions de conservation dans le pays. En 2020, le programme de conservation a poursuivi ses relevés sur l’étude des populations de girafes nubiennes. Dans le parc national de Murchison Falls en Ouganda, l’équipe vétérinaire a retiré plus de 260 pièges pour animaux dont plus de 170 pour les girafes de Rothschild. La fierté du programme réside aussi dans la continuité des opérations Twiga : 15 individus provenant d’autres réserves ont déjà été réintroduit en 2019 (Twiga IV) et 15  autres l’ont été cette année du Parc National de Murchison Falls à la réserve naturelle de Pian Upe dans le cadre de l’opération Twiga V, une zone dans laquelle les girafes avaient disparu depuis 25 ans.

Play for Nature avec le Parc Animalier d’Auvergne soutiennent spécifiquement la protection de la girafe de Rothschild. Les 6 000€ collectés pour Giraffe Conservation Foundation permettront de financer une partie du matériel nécessaire à une telle translocation mais également le suivi de ces individus dans leur nouveau territoire.

Instituto de Pesquisas Ecológicas - Tapirs

Depuis 1996, IPÊ (Instituto de Pesquisas Ecológicas) mène un projet de conservation du tapir terrestre dans différentes zones du Brésil, la Lowland Tapir Conservation Initiative (LTCI). A travers une étude scientifique sur les comportements sociaux et territoriaux des différentes populations, IPÊ souhaite construire et maintenir la plus grande base de données sur les tapirs terrestres d’Amérique du Sud. Il s’agit notamment d’analyser la viabilité des différentes populations, en étudiant leurs caractéristiques génétiques, leur statut de conservation, l’utilisation de leur habitat et leur risque d’extinction. Menacé par le braconnage, la percussion sur les routes et la contamination par les pesticides utilisés en agriculture intensive, le tapir terrestre est pourtant méconnu au Brésil. Pour lutter contre cela, IPÊ a mis en place un programme d’éducation auprès des écoles, des agriculteurs et des propriétaires de terrains.

L’objectif d’IPÊ avec cette initiative est d’appliquer les méthodes de recherche et de conservation de cet animal dans des régions voisines où vivent également les tapirs (Atlantic Forest, Pantanal, Cerrado and Amazon). En devenant de vrais ambassadeurs, les tapirs terrestres permettront de sensibiliser à plus grande échelle à la protection des écosystèmes brésiliens : éducation environnementale du grand public et développement d’un tourisme durable.

En 2020, IPÊ a effectué 6 expéditions au Pantanal. Certaines expéditions ont été menées dans le but de vérifier la grille de pièges photographiques, de remplacer les piles rechargeables et les cartes mémoire, et de traiter des photos et des vidéos. Les autres étaient axées sur les captures et le marquage GPS. Sur 60 jours de travail sur le terrain au Pantanal, l’association comptabilise 31 captures/recaptures de tapirs terrestres, dont 5 nouveaux individus. Les captures des animaux ont permis de réaliser des biopsies de peau pour leurs études génétiques, notamment sur certains tapirs non identifiés par le programme. Les autres tapirs étaient déjà équipés de colliers GPS ce qui a permis à l’équipe d’IPÊ de vérifier leur état de santé mais aussi de collecter des informations sur leur répartition et leurs déplacements, afin de pouvoir mieux les protéger dans le futur.

La Passerelle Conservation et le Parc Animalier d’Auvergne versent à IPÊ la somme de 6 000€ pour l’achat de colliers GPS utilisés dans les programmes de recherche et la pose de pièges photographiques. Les informations recueillies visent à établir des programmes de recherche et de conservation sur les tapirs terrestres dans tous les écosystèmes clés du Brésil.

En raison de l’actualité environnementale, IPÊ a concentré ses efforts sur la lutte des feux dévastateurs dans le Pantanal Brésilien. L’association a travaillé en collaboration avec Giant Armadillo Program (ICAS), un autre programme soutenu par La Passerelle Conservation et le Parc Animalier d’Auvergne. Ensemble, ils ont lancé une grande campagne de fonds et redéfini leurs priorités de conservation : fournir des équipements aux vétérinaires et aux centre de réhabilitation des animaux blessés (loutres, tapirs, etc) dans les régions du nord et du sud du Pantanal. De plus, les deux programmes ont travaillé sur la création d’une brigade anti-feux pour lutter contre les feux. Ils ont collaboré avec le gouvernement pour concentrer leurs efforts sur la recherche pour prévenir les départs de feux et obtenir une meilleure compréhension de l’environnement.

Tu Tierra - Ours

Tu Tierra est une association localisée au Pérou dans la Réserve Ecologique de Chaparri. Elle met en avant la conservation de l’ours auprès des communautés qui partagent son territoire et autour et emploie 14 personnes. Cette association est à l’initiative de la création de la Réserve avec l’association communale ACOTURCH.

La réserve abrite une riche biodiversité animale : 283 espèces d’oiseaux, 15 espèces de mammifères, 5 espèces d’amplhibiens et 23 espèces de reptiles ont été répertoriées en 2019. Elle présente la plus forte densité d’ours à lunettes d’Amérique du Sud, son animal emblématique, classé vulnérable selon l’UICN. Cette espèce est chassée pour sa viande, sa graisse et ses organes utilisés en médecine locale, capturée pour servir d’attraction publique ou tuée par crainte. Aujourd’hui, même si l’espèce est protégée, la chasse et le braconnage perdurent.

Tu Tierra s’occupe d’un centre de secours d’ours à lunettes au sein de la réserve et mène des projets scientifiques. Elle lutte également pour défendre les intérêts des communautés locales. 

Play for Nature et le Parc Animalier d’Auvergne soutiennent en 2022 la Coupe de l’Ours organisée par Tu Tierra et ACOTURCH. Il s’agit d’un tournoi de football faisant également offiche d’événement festif pour la Santa Catalina de Chongoyape et les communautés paysannes voisines. C’est un moment privilégié de partage autour du sport et surtout un excellent moyen de fédérer et de sensibiliser les communautés autour de la conservation de leur patrimoine tant naturel que culturel. Ce tournoi regroupe environ 750 participants tous les dimanches d’octobre à janvier.

L’objectif cette année est de les soutenir à hauteur de 5 000€. 

ABC (Arctictis Binturong Conservation) - Binturongs

L’association ABC (Arctictis Binturong Conservation) est la première organisation au monde uniquement dédiée à l’étude et à la protection du binturong.

Depuis 2020, Play for Nature soutient 2 projets de cette association. Le premier est le « Bearcat Study Program », une étude permettant d’enrichir les connaissances sur ce mammifère méconnu et pourtant emblématique des Philippines. ABConservation souhaite en savoir davantage sur l’utilisation du territoire, la taille de la population du binturong et les comportements sociaux et alimentaires pour sensibiliser le grand public à la protection de cette espèce clé de voûte, indispensable à la protection de l’écosystème dans lequel elle vit. Le second projet soutenu est la rénovation du centre de soins de la faune sauvage de Palawan. Play for Nature participe à la rénovation des infrastructures actuelles et à la construction d’un nouvel enclos pour les binturongs.

En 2020, l’association comptait particulièrement accentuer ses actions sur des projets éducatifs, notamment pour les professeurs d’éducation à l’environnement. Toutefois, le confinement et le couvre-feu ont été très sévères aux Philippines. L’année était consacrée à une recherche de plans B constante et l’association a su rebondir : 2 philippins ont été recrutés et formés tout l’été grâce aux plateformes en ligne sur la récolte des données et l’étude des caméras.  La partie scientifique a continué sur le terrain avec l’installation de pièges photographiques à Katala, de radiopistages et l’observation des comportements des animaux.

En 2022, le programme de conservation souhaite continuer de faire progresser les actions qu’il mène aux Philippines et en France. L’association veut multiplier ses actions dans le but d’avoir une plus forte visibilité et va demander  l’agrément de service civique pour la France te les Philippines pour mener à bien encore plus de projets.

Play for Nature a alloué à ce programme de conservation la somme de 6 000 € en 2020 et en 2021.

Binturong - Parc Animalier d'Auvergne

La carte de la conservation

Découvrez où se situent dans le monde les programmes que nous soutenons

Le programme de parrainage

Un geste concret pour la protection des espèces menacées

Fasciné par la hauteur des girafes de Rothschild, envoûté par le regard des panthères des neiges, attendri par le minois des pandas roux ? Vous voulez que vos enfants et petits-enfants puissent avoir la chance de voir eux aussi ces animaux dans la nature ? Alors participez à leur protection, en parrainant les animaux du Parc Animalier d’Auvergne !

Ainsi, vous agirez pour la protection de ses lointains cousins menacés de disparition dans la nature.

En plus d’aider les animaux dans la nature, recevez de nombreux cadeaux correspondant au montant de votre don.

Un don déductible de vos impôts

L’intégralité de vos dons sera reversée à Play for Nature pour soutenir l’espèce parrainée. Vos dons sont déductibles de vos impôts sur le revenu à hauteur de 66%, c’est-à-dire que pour un don de 100 € vous dépensez réellement 33 €.

Vous ne souhaitez pas payer en ligne ? C’est bien sûr possible autrement ! Vous pouvez payer en espèce au Parc ou par chèque bancaire à l’ordre de Play for Nature ou en nous envoyant votre chèque et le bulletin de parrainage à l’adresse :

PLAY FOR NATURE

3 Place Jean Garnier

63420 Ardes

Je parraine un animal

Parrainer un animal rapidement

Dormir au Parc

La Tête dans les étoiles

Vous souhaitez dormir au Parc ? Réservez vite votre nuit, la tête dans les étoiles ! En plus, c’est vous qui choisissez où vous allez dormir … Devant les girafes, les tigres, les paresseux, les panthères des neiges ou les panthères de l’Amour ? Ce sera à vous de choisir ! Tout l’argent récolté sera reversé à des associations qui protègent des espèces menacées dans le monde, comme Red Panda Network qui agit au quotidien au Népal pour la sauvegarde du panda roux.
Le programme de votre expérience inoubliable :
  • Accueil au Parc
  • Visite guidée privée
  • Repas servi au restaurant, découvrez nos produits locaux
  • Nuit la tête dans les étoiles
  • Petit déjeuner au restaurant, face à une vue époustouflante sur les reliefs auvergnates
▶ Les dates disponibles : 10,11,12,24,25 juin, 8,9,10,22,23,24 juillet, 5,6,7,19,20,21 août 🌼
Pour réserver votre chambre, c’est possible via le formulaire ci-après ou sur la billetterie en ligne
La grande tombola revient du 21 au 29 mai ! Pour 5€, tentez de remporter une nuit au milieu des animaux ! 

Biodiv'Educ

Historique

Biodiv’Educ est une association de loi 1901, créée en octobre 2018 et basée à Ardes dans le Puy de Dôme. Elle est née sous l’impulsion du fonds de dotation Play for Nature. Cécile et Justine, pédagogues, vous présentent le projet :

Notre objectif : Sensibilisation et éducation à l’environnement

Notre méthode : Mêler éducation et jeu en utilisant des outils innovants 

Pour sensibiliser un maximum d’enfants, nous animons des ateliers dans les écoles et centres de loisirs de la région Auvergne et nous utilisons des outils ludiques et innovants (nouvelles technologies, escape games, jeux vidéo …). 

Nous pensons que si nous pouvons entrer dans l’univers des enfants, notre message sera plus facilement entendu et plus largement écouté. Notre objectif est ainsi de sortir de la confrontation classique entre nature et technologie. Aujourd’hui, presque chaque citoyen est muni d’un smartphone, d’une tablette ou d’un ordinateur et nous souhaiterions que les jeunes puissent utiliser ces outils pour partir à la découverte de la nature. En permettant au plus grand nombre de faire ce premier pas, nous pourrons sensibiliser plus de personnes et peut être même faire naître des vocations.

Des ateliers, oui mais pour qui ?

Tous les enfants de 6 à 18 ans, de toutes les structures/évènements, publiques ou privés, accueillant des enfants, qui se situent en Auvergne.

Les ateliers sont adaptés aux programmes scolaires de l’éducation nationale et construits en collaboration avec les enseignants et l’inspection académique

La finalité : transmettre des connaissances scientifiques ou générales sur l’environnement et la biodiversité.

Les financements : Afin de proposer des ateliers accessibles à tous, Biodiv’Educ est financée depuis 2019 par le Parc Animalier d’Auvergne ainsi que par le FEDER Auvergne depuis 2019.

Vous êtes professeur des écoles ? Contactez Cécile et Justine qui seront ravies d’intervenir dans votre classe ! 

contact@biodiveduc.fr

La conservation Ex Situ

Les programmes de reproduction européens (EEP)

Il existe en Europe 400 programmes de reproduction (EEP) pour les espèces en danger d’extinction. L’objectif de ces programmes est de maintenir des populations saines génétiquement en captivité, afin de pouvoir, un jour, les réintroduire dans la nature. Pour chaque espèce, un coordinateur connaît la généalogie de tous les individus présents dans les parcs animaliers européens. C’est lui qui indique aux parcs zoologiques quels individus peuvent se reproduire afin de garder une diversité génétique importante.

Au Parc, nous faisons partie de 46 programmes de reproduction, comme celui des pandas roux, des girafes, des dholes, et notre vétérinaire est le coordinateur de cette incroyable espèce : le takin !

Etre coordinateur, un rôle à responsabilités

Etre coordinateur pour une espèce n’est pas un métier à part entière. Cette activité est exercée de façon bénévole par les parcs animaliers.

  • Le coordinateur réalise un suivi de la généalogie des individus permettant d’obtenir une connaissance plus fine de la qualité génétique des individus et une classification des animaux qui permet d’éviter au maximum la consanguinité. Suite à ces analyses, le coordinateur émet des recommandations. Il décide alors quel animal peut aller dans quel parc zoologique.
  • Le coordinateur mène une veille scientifique. Il se doit de surveiller toutes les études scientifiques qui concernent son espèce.
  • Le coordinateur donne son avis sur les conditions de vie et installations mises en place pour l’espèce dont il à la charge à travers l’Europe.

Denis Michaux est le coordinateur au Parc

Depuis février 2021, Denis Michaux, le directeur zoologique et vétérinaire remplit le rôle de coordinateur européen de l’EEP des takins.

 » Il existe 3 sous-espèces de takins. 170 takins de Mishmi, 56 takins dorés et 27 takins de Sichuan sont référencés dans la base de données de l’EAZA. Ce travail me demande une certaine réactivité pour répondre aux questions des parcs zoologiques européens et environ 2h de travail hebdomadaire. C’est tellement passionnant de participer à la protection de cette espèce incroyable ! « 

Denis Michaux,

directeur zoologique et vétérinaire

Une implication forte dans la protection des caprinés

Le Parc est donc coordinateur de l’EEP des takins, mais ce n’est pas tout !

Il est également membre du TAG des caprinés. Un TAG (Taxon Advisory Groups) regroupe les EEP d’une famille d’animaux, comme les caprinés. Au sein d’un TAG, on retrouve des membres de parcs zoologiques dont l’objectif est de définir, avec l’aide de scientifiques de l’UICN, les statuts de menaces des espèces du TAG. Ainsi, cela va permettre de définir des mesures de protection des espèces concernées.

Les membres créent des Best Practice Guidelines pour chaque espèce. Il s’agit de collecter les meilleures pratiques concernant l’alimentation, les soins de chaque espèce pour pouvoir les partager à tous les parcs zoologiques membres de la prestigieuse EAZA (Association Européenne des Aquariums et parcs Zoologiques).

Le Parc est également membre du groupe de spécialistes des caprinés de l’UICN (IUCN Caprinae Specialist Group), un réseau d’experts bénévoles travaillant sur l’écologie, le comportement, la taxonomie, la conservation et la gestion des caprinés sauvages du monde entier.