Nom scientifique : Suricata suricatta

Le suricate se nourrit principalement d’invertébrés. Il creuse des terriers très élaborés qui le protègent contre les prédateurs, les rayons du soleil et le froid de la nuit. Il lui arrive également de partager le terrier d’autres petits mammifères, tels les écureuils.

Dans chaque groupe, le couple dominant est généralement le seul à se reproduire avec succès. Pour se prémunir contre les prédateurs, un membre du groupe se poste en hauteur telle une sentinelle, debout sur ses pattes arrières. Régulièrement, il rassure les autres membres en émettant un petit son. Si un danger survient, il les alerte grâce à un cri de plus en plus fort et répété. Le rôle de sentinelle est tenu par les différents individus de manière alternée.

Le saviez-vous ?

Un animal hyper sociable

Le suricate est un animal très sociable dont les groupes se composent de 3 à 40 individus. Ces derniers passent de longs moments à se toiletter les uns les autres et à se marquer avec leurs glandes anales. Durant le repas, chacun émet un petit son pour maintenir le contact avec les autres membres du groupe. Tous les adultes prennent soin des jeunes, y compris ceux qui ne se reproduisent pas. Enfin, lorsqu’un suricate est attaqué, l’ensemble du groupe s’unit pour le défendre.

Chiffres-clés

  • Longueur : 24 à 29 cm
  • Longueur de la queue : 17 à 25 cm
  • Poids : 620 à 970 g
  • Longévité : environ 12 ans en captivité, 5 à 15 ans dans la nature
  • Gestation : 11 semaines
  • Nombre de portées : jusqu’à 3 par an

Passerelle homme-animal

Une aide appréciée pour les cultures

À ce jour, l’espèce ne connait pas de menace particulière. On la retrouve dans plusieurs aires protégées, comme le Kgalagadi Transfrontier Park, entre l’Afrique du Sud et le Botswana. Dans leur milieu d’origine, il semblerait que les suricates ralentissent la prolifération d’insectes ravageurs, en particulier les lépidoptères, apportant ainsi une aide précieuse pour les cultures agricoles.