Kulan

En danger

Kublaï, Tonje, Torunn sont les 3 kulans que vous pouvez observer au Parc


Nom scientifique : Equus hemionus kulan

Où vit-il ?

On le trouve en Mongolie et dans le Nord de la Chine. Il était autrefois présent dans de nombreux autres pays et notamment en Syrie, où il a disparu en 1927.

Le saviez-vous ?

Des trous pour l’eau
Le kulan creuse des trous au niveau des lits asséchés des rivières et des sources afin d’accéder à l’eau située en profondeur. Ces trous peuvent également être utilisés par d’autres espèces sauvages et domestiques pour s’abreuver, ainsi que par les hommes.

Il est aussi appelé âne sauvage d’Asie et se répartit en plusieurs sous espèces. Le kulan vit principalement sur des plateaux désertiques ou semi-désertiques en Asie. Il ne se trouve jamais à plus de 30 km d’une oasis permanente ou d’une source. La couleur de leur pelage varie selon les saisons. En règle générale, il est brun rougeâtre en été et s’éclaircit en brun jaunâtre en hiver. Cet âne est caractérisé par une bande noire épaisse avec des bords blancs qui descendent au milieu de leur dos. Cette espèce est monogame, les étalons ont tendance à rester avec la jument et le poulain toute l’année.

Longueur

1,90 à 2,40 m .

Poids

200 à 260 kg.

Espérance de vie

De 15 à 25 ans (Jusqu'à 38 ans en captivité !) .

Maturité sexuelle

3 à 4 ans.

Gestation

11 à 12 mois.

Portée

1 petit.

Gardons espoir...

Une répartition qui a régressé drastiquement

La population de kulan est en déclin, notamment à cause du braconnage pour sa viande et de la compétition avec le bétail pour son alimentation mais aussi à cause de l’altération de son habitat. De nos jours, les kulans sont confinés dans moins de 3% de ce qu’était leur ancienne répartition. Le projet Kulanstep a pour projet la conservation et la restauration des populations et de leurs écosystèmes.