Gibbon à mains blanches

En danger

Kedua, Olga, Gégé sont les 3 gibbons à mains blanches du Parc


Nom scientifique : Hylobates lar

Où vit-il ?

Du Nord jusqu’à l’ouest de la Thaïlande, en passant par le Nord de Sumatra et enfin par la Birmanie.

Le saviez-vous ?

Ils sont très fidèles
Les gibbons n'ont qu'une femelle pour toute leur vie et ont des rapports sexuels souvent si leur entente se passe bien. Ils passent au moins 15 minutes par jour à s'épouiller mutuellement. Pour renforcer leur lien et défendre leur territoire, ils émettent un chant audible à plusieurs kilomètres. La femelle, qui domine le couple, commence et termine toujours ces vocalisations. C'est le plus souvent elle qui se propose pour les ébats amoureux...

Le Gibbon à mains blanches habite dans de très nombreux pays d’Asie. C’est une des onze espèces de gibbons. À l’aide de ses pattes alertes et musclées et de ses pieds et mains, ce primate saute et s’agrippe aux arbres de la jungle tel un véritable acrobate. Le gibbon à mains blanches est capable de parcourir jusqu’à 15 mètres entre les branches en un seul élan !
Au sol, le Gibbon à mains blanches marche debout, il utilise ses longs bras comme balancier.

Taille

65 à 85 cm.

Poids

5 à 8 kg.

Gestation

210 jours.

Espérance de vie

25 ans.

Gardons espoir...

Des associations investies dans la préservation de l'espèce
De nombreuses associations tentent de venir en aide à cette espèce en danger dans leurs pays d'origine. Ainsi en Thaïlande, l'association Kalaweit (d'ailleurs dirigée par un jeune français) sensibilise au quotidien les jeunes thaïlandais aux dangers encourus par l'espèce. Il s'agit en effet de lutter là-bas contre trois fléaux : la déforestation, le braconnage et le trafic d'animaux. Cette association a d'ores et déjà réussi à protéger 35 000 hectares de forêts dans le cadre de deux centres de conservation de Gibbons.