Fermer

Je Recherche

Le nouvel enclos 3D du Parc Animalier d’Auvergne

mixité4_1

0

claire claire, administrator - Le 27/07/2017

Au Parc Animalier d’Auvergne, nous venons d’inaugurer un nouvel enclos sur la thématique sud-américaine. C’est un enclos de mixité où 6 espèces rares et menacées cohabitent dans le même espace. 

Enclos SA Saïmiri Crédit Photo Marie Demoulin

Les travauxpasserelle enclos SA

C’est un projet de plus d’un an dont 8 mois de travaux qui a engendré la construction deplusieurs infrastructures

  • La Passerelle de vision qui surplombe l’enclos sud-américain avec une vue imprenable sur le paysage montagneux de la région.
  • Deux bâtiments pour abriter les différentes espèces, un pour les Saïmiris et le Coendou, et un second pour les Tapirs du Brésil, les Pudus et les Capybars. Les Nandous d’Amérique possèdent un abris extérieur dans lequel ils peuvent s’isoler.

passerelle enclos sud américain

 

 

Les habitants de l’espace Sud-Américain

  • Saïmiri enclos mixité sud américain - crédit photo Marie Demoulin2 mâles Tapirs du Brésil* :une espèce emblématique qui fait partie du « Big 4 » en Amérique du Sud
  • 1 mâle Coendou* : un Porc-Épic brésilien, une espèce arboricole à la truffe sympathique
  • 5 Saïmiris* : une espèce de petits primates de plus en plus menacée
  • Un couple de Pudus* : le plus petit cervidé du monde
  • Un groupe de Capybaras : le plus gros rongeur du monde
  • Un groupe de Nandous d’Amérique : le cousin sud-américain de l’Autruche

Les tapirs du Brésil, le coendou, les saïmiris et les pudus sont des espèces menacées et concernées par les EEP (programme de reproduction européen).

IMG_2099Enclos-SA-Tapir-du-Brésil-Crédit-Photo-Claire-Gautier

 

Tapir mixité enclos sud américain - crédit photo Marie Demoulin

Nandou

 

 

 

 

Une période de mise en contact rapide !

Nandou d'amérique +Tapir enclos sud américain - Crédit photo Claire GautierRapide ? « Extrêmement ! » dirait Anthony, le chef soigneur animalier adjoint qui s’occupe des animaux de l’enclos sud-américain. En effet, c’est grâce à 3 mois de patience que les espèces cohabitent toutes ensemble désormais.

Et alors ? me diriez-vous. C’est une victoire car derrière cette serenitude se cache une organisation minutieuse pour parvenir à ce résultat. Il a fallu présenter des individus de la même espèce qui ne se connaissaient pas et il a fallu créer les relations inter-espèces.

Par exemple Toto et Juup, les tapirs du Brésil ne se connaissaient pas et au départ ils ne s’appréciaient pas du tout… Chaque jour nous les mettions environ une heure dans le même enclos avec un soigneur en surveillance. L’objectif était qu’ils puissent se sentir, se découvrir et apprendre à faire connaissance.  Désormais ils sont tous les jours dans le même enclos de plus d’un hectare. Le secret d’une mixité réussie est notamment d’avoir de grands espaces.

Un enclos de mixité ?

Lpudues Parcs zoologiques ont parfois des enclos mixtes… C’est un espace où se situe plusieurs espèces animales. La cohabitation avec d’autres espèces permet aux animaux d’exprimer leurs comportements naturels, favorise aussi leur bien-être et évite leur ennui dans les Parcs.

Au Parc Animalier d’Auvergne, nous en avons plusieurs, c’est un concept fort. Vous pourrez donc apprécier les Takins et les Markhors dans un même environnement montagneux ou encore les Pandas roux et les muntjacs mais aussi 5 espèces de Lémuriens de Madagascar et bien sûr le nouvel espace sud-américain .

Le mot du soigneur :

Anthony«  Ce qui est sûr c’est que c’est un processus qu’on ne peut absolument pas accélérer, c’est vraiment les animaux qui décident lorsqu’ils sont prêts ou non, on doit vraiment leur laisser le temps pour que chaque individus puissent s’habituer à ses nouveaux colocataires. »

Anthony Dubois, chef adjoint soigneur animalier

Ajouter un avis

Infos pratiques